Le songe de Pyrène

Le Songe de Pyrène

Wilfried Delahaie, conteur / Ophélie Humbertclaude, violoncelle

« Au début il n’y a rien Ni homme, ni animaux, ni arbres, ni légumes, ni fruits, ni fleurs.
Rien, les Ténèbres, la nuit.
Puis des Ténèbres a émergé Chaos, le chaos puis Gaïa, la terre, notre grand-mère à tous. Les Grecs racontaient cela il y a bien longtemps. »

Le conteur, Wilfried Delahaie et la musicienne, Ophélie Humbertclaude, croisent leurs langages artistiques pour entrelacer l’histoire et la musique. La mythologie grecque entraîne le public au cœur de la légende fondatrice de la Terre, des Dieux et des Pyrénées. Le violoncelle leur ouvre l’univers sonore de Jean-Sébastien Bach et de l’improvisation contemporaine.

Héraclès

  • La naissance :
    « Il y a deux mille ou trois mille ans, les Grecs racontaient que tout avait commencé par l’histoire d’amour entre Zeus et une mortelle. Zeus est le fils de Cronos qui est lui-même le fils d’Ouranos et de Gaïa, la terre. La terre qui avait émergé de Chaos, le désordre, peu après la nuit, les ténèbres.
    Tant que les Titans furent les maitres du monde, tout se passa bien.
    Jusqu’au moment où Zeus lui-même, prit la place de son père. Après une guerre de dix grandes années divines (soit plusieurs siècles humains), les Dieux prirent la place des Titans. Alors, Zeus devint maitre du monde, Hadès dieu de l’enfer, Poséidon dieu de la mer.
    Alors, Zeus décida d’épouser sa sœur préférée, Héra aux bras blanc,… »
  • Les travaux :
    « On a envoyé Héraclès chez un cousin d’Amphitryon. On l’a envoyé chez Eurysthée. Eurysthée avait entendu parler d’Héraclès, il avait entendu parler de sa force, de sa puissance, de sa gloire. Eurysthée n’était pas très courageux. Alors, quand il vit arriver Héraclès, la première chose à laquelle il pensa, c’est de l’éloigner. Si possible à tout jamais. C’est pourquoi il lui annonça qu’il allait lui faire faire des travaux très difficiles, pensant que peut-être il n’en reviendrait jamais. Il lui a annonça ce jour-là qu’il allait lui donner dix travaux à faire. Et le premier, c’était d’aller tuer le lion de Némée,… »

Pyrène :

« C’est au temps des hommes, cette fois. Et parmi les hommes, il y a des jeunes filles, assises sur le seuil de la maison de leur père, qui rêvent… qui rêvent comme rêve Pyrène, une jolie jeune fille… et le rêve de Pyrène ce jour-là prend l’aspect d’un jeune homme… beau… doux… souriant… et Pyrène soupire en filant sa laine,… »

« Cette montagne que des marins ont nommée en souvenir de Pyrène,
la jolie jeune fille blonde abandonnée par son amant. »

Ophélie Humbertclaude

Ophélie Humbertclaude s’est formée à New York dans la classe de J. Strasberg, après avoir obtenu un prix en art Dramatique au conservatoire (Alsace) et et suivi les cours de Jean-Laurent Cochet à Paris.
Menée par son exigence d’exprimer et de partager avec justesse un texte ou une partition, elle se plaît à explorer et interpréter le répertoire, du classique au contemporain (Racine, Marivaux, Dostoïevski, Ibsen, Horovitz..) .
Musicienne de formation elle étudie dès l’âge de 8 ans le violoncelle au Conservatoire de Lille puis à Paris.
Elle obtient le 1er prix à l’unanimité, prix de musique de chambre et complète sa formation par l’étude de l’analyse musicale, l’harmonie, histoire de la musique et la musicologie en Sorbonne. Cette période est jalonnée de master class avec Phillippe Muller, Sonia Wieder Atherton et de nombreux concerts.
Son enthousiasme pour la musique baroque lui ouvre les portes de la Schola Cantorum à Bâle où elle étudie dans la classe de Christophe Coin. Elle parcourt l’Europe et se produit en concerts.
Interprète et compositrice, Ophélie Humbertclaude conduit ses deux passions en créant des musiques tant pour le théâtre (avec Valère Novarina au teatro Piccolo de Milan, au Festival de la correspondance de Grignan, …) que pour le cinéma , en collaboration avec Christian Lebrat (Lucca Film festival en Italie, l’International Forum of Cinéma de Berlin)…

Public :
dès 7 ans, tout public
Durée :
1h
Technique :
plein feu éclairage public, autonome si besoin son et lumière
Musique :
Prélude et sarabande de la Suite pour violoncelle n° 5 en do mineur, BWV 1011, J.S Bach Sonate n°3 pour violoncelle, A. Vivaldi Extraits de la Sonate pour violoncelle, György Ligeti Improvisation au violoncelle
Genre :
Conte musical spirituel
Espace :
4 x 3 m